Breaking News

Essentiel à savoir sur une pose prothèse de hanche

Reine de la chirurgie orthopédique, la prothèse de hanche est souvent pratiquée par bon nombre de personnes. Son succès dépasse de plus en plus les frontières grâce aux nouveaux techniques opératoires. Pour en savoir plus sur le sujet, prière lire cet article.

Que signifie une prothèse de hanche ?

D’entrée, il convient de souligner qu’il existe un remboursement pose prothèse de hanche. Cela vous est d’une grande utilité tout au long du processus. Alors, qu’est-ce donc une prothèse de hanche ? Il s’agit d’une intervention visant à troquer l’articulation de la hanche contre une prothèse artificielle. Cela dit, il est important de rappeler que la hanche représente l’articulation logée entre le bassin et le fémur.

Elle est constituée d’une moule nommée cotyle comportant une boule qui a pour nom tète fémorale. Ainsi, étant recouvertes d’un cartilage, ces deux surfaces osseuses peuvent glisser permettant de ce fait la mobilité de l’articulation. Toutefois, il faut souligner que la prothèse est formée d’un implant cotylédon. Également, elle est constituée d’une tige ayant en amont une tête sphérique. À ce lot, vient s’ajouter un insert en polyéthylène, des fois en céramique.

Déroulement de la pose prothèse de hanche

Pour réaliser cette opération, il urge d’abord de consulter un anesthésiste ainsi qu’un cardiologue. Aussi, il faut une prise de sang. De même, il est important de réaliser une radiographie pour déceler les dimensions nécessaires à prendre pour la prothèse. Après cela, des parties de la cuisse et d’autres zones musculaires comme nerveuses subissent des incisions. Ceci dans le but de parvenir aux hanches.

Tout cela se fait évidemment sous anesthésie générale. En premier lieu, il s’agira d’enlever les zones articulaires qui sont endommagées. Ici, le chirurgien procédera à une luxation de la hanche pour toucher la tête fémorale, le col ainsi que la cotyle. Après, il va poser la prothèse. Cette étape fait appel à une technique qui dépend de l’âge du patient en question.